Anneaux à bestiaux

Quelques mots d'explication... Le collier d’épaule, rigide et rembourré, apparaît au 10e siècle. Il fait figure de révolution technologique et va imposer partout la traction chevaline, plus rapide et plus maniable que le bœuf. Au contraire de l’attelage antique qui faisait porter la traction sur la gorge, comprimant la poitrine et rendant pénible la respiration de l’animal qui se fatiguait rapidement, l’attelage qui utilise ce collier déporte le poids sur les épaules de la bête et économise ses efforts.
Dès lors, dans nos régions et depuis bien longtemps, l’agriculteur possède comme plus précieuse machine, son cheval. Les fermiers les plus modestes se contenteront de vaches ou de bœufs pour tracter leurs engins. Cette solution est moins coûteuse et fait double emploi : les premières procurent du lait et donnent naissance à des veaux, les seconds donnent de la viande.
Le moyen de locomotion reste essentiellement celui de la traction animale jusqu’assez tard après la Seconde Guerre mondiale. Tous ces bestiaux qu’ils soient équidés, bovidés ou même canidés dans certains cas devaient bien être attachés à chaque destination, en attente de leur propriétaire avant un nouveau départ. Les anneaux à bestiaux qui sont encore nombreux à être fichés dans les murs des habitations et des fermes, sont autant de témoins de cette mobilité animale pratiquement disparue.
AnneauABestiaux21 (Sous- catégories), écrite par PatrimoinE
créée le 02.04.2020 à 15:26, mise à jour le 03.04.2020 à 15:58